SAISON 2019 / 2020 - OCTOBRE

THE PUPPET SHOW-MAN

Marionnettes à partir de 6 ans

MERCREDI 2 OCTOBRE  A 15H

Le tigre dévore le moine débonnaire, les étudiants s’affrontent dans un combat de lances et d’épées spectaculaire, les assiettes virevoltent et jamais ne se
brisent, les couples se font et se défont…. Les incroyables et multiples scènes de marionnettes chinoises se succèdent et nous font basculer dans un monde où l’éblouissante dextérité du marionnettiste s’accompagne de légèreté et de
fantaisie.

Yeung Faï, dernier descendant d’une dynastie de marionnettistes (5 générations et plusieurs siècles de manipulation), pratique inlassablement son art et est devenu maître incontesté des marionnettes à gaine chinoise. Grâce à sa virtuosité il parvient à exprimer précisément l’état d’esprit, le caractère et les sentiments du personnage qu’il interprète.
Il transporte dans ses bagages éparpillés sur une scène de fortune un héritage de marionnettes et de savoir-faire anachronique et décalé. Si l’homme semble perdu dans notre univers contemporain, le maître se révèle lorsque les valises
s’ouvrent et répandent leur contenu d’histoires aujourd’hui invraisemblables.

© Kalimba
© Kalimba

Un spectacle de Yeung FAÏ / mise en scène Eric DOMENICONE construction castelet Michel KLEIN

construction marionnettes Yeung FAÏ

 

Durée 50 min

8€ (tarif unique)

Réservations au 05 55 10 90 10

STAGE DE MARIONNETTES A GAINE    SAMEDI 28 SEPTEMBRE

Yeung Faï, dernier descendant d’une dynastie de marionnettistes, pratique inlassablement son art et est devenu maître incontesté des marionnettes à gaine chinoise.
Pendant une journée, il transmettra à des novices comme à des professionnels des arts de la marionnette ses techniques de manipulation et de fabrication.


PROGRAMME PRESENTE AVEC LE FESTIVAL LES ZEBRURES D’AUTOMNE

DJON BE SINI DON ?

Théâtre

SAMEDI 5 OCTOBRE A 15H

Une jeune femme africaine refuse le rôle d'épouse soumise et dépendante fixé par la tradition et l'habitude. Jouant tous les rôles de l'ex-futur mari et de l'ex-futur belle-mère aux ex-futures belles-sœurs, elle refait le procès comique des relations entre les hommes et les femmes. Et si les liens qui freinent l'Afrique commençaient là, dans l'intimité du couple et de la famille ?

Traitée de "toubab" par sa famille parce qu'elle a épousé un Blanc, voilà qu'elle est une Noire en France où elle s'aperçoit que sa couleur de peau la sépare de ses nouveaux concitoyens. Elle ne sera jamais tout à fait à la fois Noire ET Française.

Djon bé sini don ? (Qui connaît l'avenir ? en bambara) construit un double regard de l'Afrique sur l'Occident et de l'Occident sur l'Afrique. Jetant un regard faussement naïf sur les sociétés occidentales, son œil d'Africaine en dévoile les mensonges et met à nu le vieil imaginaire colonial, les mêmes clichés raciaux toujours présents dans les esprits. Elle découvre aussi que ce même imaginaire colonial imprègne toujours ceux de beaucoup d'Africains, toujours fascinés par le mirage de la France ou se raidissant sur une identité factice qui essentialise "le Noir".

Le poids du passé fait peser sur elle et son mari blanc une "tragédie des peaux" qui ravive dans leur couple les blessures d'anciennes guerres coloniales oubliées. Si "les Noirs n'existent pas" et si sa couleur de peau continue à la ségréger, qui est-elle ? Le fils qu'elle porte sera-t-il Noir et blanc ? Ou sa couleur de peau n'aura-t-elle plus d'importance ?

Djon bé sini don ? nous parle de l'indispensable "déracialisation" encore à venir.

© Mohamed DAYFOUR
© Mohamed DAYFOUR

Texte en jeu Alima TOGOLA en collaboration avec Michel BERETTI texte et mise en scène
Créations son et vidéo Mohamed DAYFOUR DIAWARA
Création lumières Yacouba MAGASSOUBA
Un spectacle de NOOR (Mali)

 

Durée 1h
Tarifs 13€ / 10€ (groupe) / 8€ (réduit)
Réservations au 05 55 77 37 50


PROGRAMME PRESENTE AVEC LE FESTIVAL LES ZEBRURES D’AUTOMNE - VERSION OFF

RONCE-ROSE

CREATION - théâtre

MERCREDI 16 ET JEUDI 17 A 19H

VENDREDI 18 A 20H

On dira qu’au départ c’est le journal intime d’une petite fille qui a un drôle de rapport au monde comme c’est normal d’avoir un drôle de rapport au monde quand on est une petite fille.
On dira que c’est une petite fille qui a un drôle de papa et de tonton, comme c’est pas trop normal pour une petite fille, d’avoir un papa gangster et son associé comme tonton, et des drôles de voisins aussi, une sorte de sorcière et un unijambiste.
On dira que par contre c’est plus très drôle quand il disparaissent, comme ça, le fameux papa et le tonton, du jour au lendemain sans prévenir. Et que la petite fille doit se lancer, pour les retrouver, à l’assaut du monde sans autre lasso que son journal et puis son histoire à se raconter.
On dira qu’en plus tout ça, ça fait pas très sérieux, ni très crédible, vu que c’est Eric Chevillard qui l’écrit et qu’Eric Chevillard c’est pas une petite fille. Du moins en apparence. Plutôt un écrivain qui se demande toujours comment ça fait et ça se fait d’écrire.
Et comme en plus du plus, on est pas dans un livre et que c’est Jean-Louis Baille qui est l’acteur de ce méli-mélo, tout ça revient à se poser une sacrée question : comment ça fait et ça se fait de jouer à être une petite fille avec les mots d’Eric Chevillard quand on est un homme de 54 ans et qu’on est sur une scène de théâtre devant des gens….

CIE DES INDISCRETS

D’après Ronce-Rose d’Eric CHEVILLARD / Editions de Minuit / mise en scène Lucie GOUGAT / avec Jean-Louis BAILLE / lumière et décors Franck RONCIERE / Création sonore Julien MICHELET

 

Durée 1h15

Tarifs 13€ / 10€ (groupe) / 8€ (réduit)
Réservations au 05 55 77 37 50

Production Compagnie des Indiscrets. Avec le soutien de La Guérétoise de spectacle, Scène Conventionnée de Guéret ; de la Scène Nationale d’Aubusson ; de la Mégisserie Scène Conventionnée de Saint-Junien ; du Théâtre Expression 7 à Limoges ; du Théâtre de la Grange à Brive ; du Festival de l’Escabeau à Briare.

La Compagnie des Indiscrets est conventionnée par l’État, Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) Nouvelle-Aquitaine et subventionnée par la Région Nouvelle-Aquitaine.